Pating Patong....

Publié le par Léo Nil


Jolie photo de Lau.

Ce n'est pas un hasard si les mots de Roland Dubillard sonnent en plein au Théâtre du Rond-Point : on connait l'affection du maître des lieux Jean-Michel Ribes, pour le verbe de cet auteur, à qui il a consacré un festival en 2004 et qu'il a mis en scène dans Le jardin des bettraves la même année. Cette fois, c'est Anne Bourgeois qui s'attaque aux déferlements de langue de Dubillard, en mettant en scène Les Diablogues. Les comédiens Jacques Gamblin et François Morel, tous deux porteurs d'un univers bien à eux, incarnent "Un"et "Deux", personnages qui sont d'abord pour Anne Bourgeois, "deux être humains posés sur le plateau qui ne comprennent rien à ce qui leur arrive : ils n’ont ni destin, ni histoire, ils ne sont pas des héros, ça pourrait être Monsieur Toutlemonde, vous ou moi." Un dialogue, une tentative du moins mais qui est contrarié par le fait qu'Un et Deux ont précisément deux grilles de compréhension différentes. Aussi, entre leurs spéculations existencielles sans réponse et leur volonté indéniable de comprendre coûte que coûte -mais comprendre quoi?- , ils se perdent dans la logique extrême du langage jusquà faire vaciller le monde : une exacerbation du quotidien qui vire au surréalisme et flirte avec l'irréel.

Publié dans Private joke

Commenter cet article

sylvie 28/10/2008 16:23

Jouer au ping pong et compter des gouttes, ca ne va pas être facile...On pense(ra) fort à toi

Ingrid 18/10/2008 18:30

J'adore cette photo.... trop beau !!!

Cecile 18/10/2008 09:07

On le rejoue fin novembre ... c'est moi qui te remplace ... poc, poc, poc ...